Posts tagged gay

Hot Norsk Ginger Tells Whiny Fundamentalist Jobseeker To Stick It! (CBC article here) 
Good for him! Honestly, it seems to me that she was berating him, not the other way around. Just another example of the sickening entitlement culture of the privileged.

Hot Norsk Ginger Tells Whiny Fundamentalist Jobseeker To Stick It! (CBC article here

Good for him! Honestly, it seems to me that she was berating him, not the other way around. Just another example of the sickening entitlement culture of the privileged.

This is so heterosexist it hurts my semester of queer theory.

chromehearts:

A feminism comic I did for my uni’s newspaper. I wish I had a bit more time to work on it, but I’m pleased with how it came out considering the tight deadline!

Is the Plateau picking the identity politics scab tonight?

La Presse describes commercial spaces with papered over windows, a security camera and a small sign on the door. They’re not talking about the gay bars I sneaked into shamefully in the 90s, but the religious spaces in the Mile End that are the subject of an endless and pointless debate.Arrondissement du Plateau-Mont-Royal is often portrayed as the most left-wing and liberal of Quebec municipalities, but according to the article, my politicians are using the niceties of zoning rules to pick a painful scab tonight: the scandal is having used a “community or socio-cultural activity” building permit for running a religious space. In a neighbourhood known for celebrating actively counter-cultural lifestyles, it’s hard to see why this particular and nuanced transgression stands out as worthy of a hardline interest in the enforcement of the letter of the law, especially when borough hall makes such a fuss about wanting to encourage community and culture. It certainly contrasts with the approach taken to the artists’ lofts at the other end of rue Saint-Viateur, that’s for sure.

For years now, I’ve lived amongst the hassidic jews - in the street, at the library, the medical clinic - and they’ve never bothered me. They just seem to go about their lives discreetly, as La Presse reports. When I read about the harassment from some people in the community and from borough councillors, it reminds me of the years before I moved to Montreal, when I was part of a hated community. All I wanted then was to be left alone to live my life as it felt right to me. These memories make me think we should be asking some very hard questions of the people who are paid to represent our best interests at Plateau Mont-Royal. 

Photo: ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Le Plateau Mont-Royal fait la chasse aux synagogues illégales

Who is this and what is happening?

Who is this and what is happening?

It could have been any of the men in any of the bars in France.

It could have been any of the men in any of the bars in France.

Everything you need to know about the left and the right in France in one photo. The conflict is about gay marriage in the predominantly Catholic yet nominatively secular country. More details: Femen.org

Everything you need to know about the left and the right in France in one photo. The conflict is about gay marriage in the predominantly Catholic yet nominatively secular country. More details: Femen.org

EDEN PARK: L’ORIGINAL ET L’ORIGINEL

As a gay New Zealander who moved to France, I have to say that I was fundamentally confused, bemused and amused by the Eden Park clothing line. Here is the most homophobic of sports, and a clothing line named after its cathedral… represented by a pink bow-tie. Vive l’exception française !

jetsetconfidential:

interview + post-mortem

FRANCK MESNEL : LE RENÉ LACOSTE DU RUGBY

LANCEMENT MONTREAL. 25 AVRIL 2012. HOTEL SOFITEL MONTREAL GOLDEN MILE



Franck MESNEL didn’t enter fashion via the typical route, but then Franck MESNEL is not a typical fashion entrepreneur.  EDEN PARK was founded 1987, a year of gloire.  

 

A l’origine de cette réussite, une finale de championnat de France au Parc des princes, en 1987, lors de laquelle MESNEL et ses compères se firent remarquer en arrivant sur le terrain avec un noeud papillon. Quelques mois plus tard, il créait EDEN PARK, avec, pour emblème…  le noeud papillon. Pink. Rose.

That very same summer, Le Quinze de France (the French Rugby National Team) with Franck MESNEL won the Rugby World Cup Final in the … Eden Park Stadium in Auckland.  ‘The New Zealand team did their Haka dance at the beginning of the game; I had my pink bow tie in my pocket.the famous pink-bow-logo of the brand. It ended 19-12 (June 20, 1987). Franck MESNEL est un sportif- showbiz, attachant, authentique. L’esprit de rugby  anime EDEN PARK.

 

À l’occasion de son lancement à Montréal le 25 avril 2012 au SOFITEL (qui hissa le drapeau de la marque en cocorico!), nous avons évoqué Montréal, la mode femme et enfant, Zidane, la peinture, son Racing Club, le Pitti Uomo, et Twitter….

Eric Blanc (g) Franck Mesnel (d), Founders of EDEN PARK

 

Read More

Sexy sports photo du jour. L’Impact de Montreal seems to have a certain effect on men.

Sexy sports photo du jour. L’Impact de Montreal seems to have a certain effect on men.

L’homophobie - une question qui ne mérite pas de réponse

Suite à un courriel que j’ai reçu de son attaché politique (ci-dessous), la lettre ouverte suivante a été adressée à la députée néo-démocrate pour le Village gay de Montréal. On ne m’a jamais répondu. De même, malgré ses félicitations pour diverses autres initiatives, elle n’a pas encore salué la mise sur pieds de J’aime mon village. Remarquez sur Facebook l’affichage d’une photo chez Égale le jour de l’envoi du courriel de l’attaché de politique. Un cocktail, c’est bien ; dénoncer la violence homophobe, c’est encore mieux.

Bonjour Madame la députée Hélène Laverdière et Madame Bélanger-Martel,

Le communiqué que la députée Laverdière a diffusé aujourd’hui sur les artistes du Mile End ne touche ni les compétences du fédéral, ni les intérêts de sa circonscription  ; on a donc du mal à comprendre pourquoi elle n’aurait pas pu faire une annonce officielle qui dénonce les violences homophobes commises dans le Village. Elle aurait pu soutenir, à l’image du Maire Tremblay et du député Lemay, l’initiative citoyenne qui encourage les victimes de porter plainte à police et qui encourage une plus grande collaboration entre la police et la communauté gay. 

En printemps 2011, lorsque l’initiative désormais appelée “J’aime mon village" était née, on avait besoin de tous les appuis. La députée a garder sa silence sur les attaques physiques commises contre les citoyens et commerçants de sa circonscription. Si elle n’a pas été invitée à la conférence de presse de demain pour le lancement officiel du projet, c’est probablement pour cette raison. Si vous voulez qu’elle soit présente, je vous transmettrai les informations.

Madame Bélanger-Martel, je ne comprends pas pourquoi vous me parlez de l’itinérance, comme si les itinérants étaient les principaux responsables des agressions physiques commises dans le village. Au contraire, les itinérants, j’imagine qu’ils figurent parmi les principaux victimes ! Je pense que ça démontre une incompréhension profonde du dossier.

Lorsque Montréal, le Québec et le Canada s’alignent pour régler un dossier - le cas échéant, la violence homophobe - tout devient possible. Je vis la silence de la députée Laverdière comme la plus grande trahison. Je ne peux pas comprendre qu’est-ce qui lui empêche de parler en faveur du projet “J’aime mon village”, sauf une éventuelle homophobie latente et passive. Ce n’est pas trop tard pour faire un communiqué dans ce sens.

Cordialement

William

2012/3/5 <Helene.Laverdiere.C1@parl.gc.ca>

Bonjour Monsieur Raillant-Clark,

 

Je suis heureuse que vous ayez finalement décidé d’entrer en contact avec nous (par le biais de notre attaché de presse).

Nous aurions aimé dissiper le malentendu qui plane depuis quelque temps sur l’intérêt de Madame Laverdière envers la situation dans le Village, en particulier quant à la problématique de l’itinérance et du sentiment d’insécurité vécu à la fois par les résidents et les personnes itinérantes.

Si je puis vous l’affirmer une fois de plus, la députée est sincèrement préoccupée par la situation et c’est ce dossier qui a retenu beaucoup de son attention cet automne (ainsi que cet hiver, bien que nous ayons été moins actifs en raison des responsabilités supplémentaires qui sont confiées à Hélène jusqu’à la fin mars).

Au niveau fédéral, vous le comprendrez bien, nos mécanismes d’intervention directe sur le terrain sont limités. Cela ne veut absolument pas dire que nous ne nous soucions pas des problématiques et que nous ne tentions pas de trouver des pistes de solutions, car il est évident que ce qui touche nos commettants nous touche aussi! La saine cohabitation dans nos quartiers ainsi que le droit de vivre dans un environnement sécuritaire et inclusif sont des composantes essentielles de la société à laquelle nous aspirons. Pour nous, la problématique de l’itinérance, un phénomène qui augmente et qui s’aggrave, est extrêmement inquiétante et c’est pourquoi nous avons fait de cet enjeu une priorité dès le début de notre mandat.

En rencontrant de nombreux intervenants du milieu, des résidents, les élus, des gens du milieu communautaire et de la santé, nous nous sommes efforcés de bien saisir l’ampleur des problématiques et leurs ramifications pour mieux comprendre comment intervenir. Nous avons poussé le dossier sur la scène fédérale en exigeant l’augmentation de l’enveloppe de la Stratégie des partenariats de lutte contre l’itinérance (la SPLI) et nous avons soulevé l’urgence d’agir en Chambre tout autant que dans nos discussions en circonscription. Notre objectif est de développer des partenariats avec la société civile pour participer au meilleur de nos compétences à la réussite des initiatives locales et c’est vers cela que nous avons tenté d’aller.

Nous avons cherché à engager toutes celles et ceux qui pourraient être intéressés à ce que nous travaillions ensemble pour améliorer les choses.

De toutes évidences, ce message n’a pas rejoint tout le monde.

J’ose espérer qu’en le relançant, il soit entendu : nous souhaitons de tout cœur participer activement aux efforts de la communauté pour améliorer la qualité de vie de notre milieu. Et cela inclut la qualité de vie des personnes itinérantes autant que celle des résidents, des travailleurs ou des commerçants…

Nous sommes là pour ça : pour appuyer les gens de notre circonscription. Madame Laverdière est la députée de TOUS ses commettants, qu’ils aient voté pour elle ou non, qu’ils soient membres du parti ou non, et c’est son engagement que de faire tout en son possible pour bien les représenter et contribuer au mieux-être de leur collectivité, notre collectivité.

Je me trompe peut-être, mais je crois déceler à travers votre mécontentement une ouverture… Si vous avez un projet intéressant auquel nous pourrions contribuer, n’hésitez pas à nous en faire part.

Nous n’avons reçu aucune invitation ou d’information concernant un événement ou une conférence de presse ayant lieu demain.

Si vous souhaitez nous ajouter à votre liste d’envoi ou nous rencontrer pour nous faire part de vos projets, nous sommes à votre entière disposition.

Cordialement,

Sarah Bélanger-Martel

Adjointe aux relations communautaires

Équipe d’Hélène Laverdière, députée de Laurier-Ste-Marie

              

téléphone 514-522-1339  /   télécopieur 514-522-9899

1001 Maisonneuve Est, bureau 507

Montréal, QC, H2L 4P9

Montreal&#8217;s Gay Village from the perspective of Jacques-Cartier Bridge, in winter and therefore undecorated.
montreal-photos:

Looking west towards downtown #Montreal

Montreal’s Gay Village from the perspective of Jacques-Cartier Bridge, in winter and therefore undecorated.

montreal-photos:

Looking west towards downtown #Montreal